Ediself

Personne autiste du sexe faible, Ediself n’est que souffrance. Rejoindre les rangs de la COPPA à titre honorifique est pour elle un espoir de conserver son bien aimé thérapeute, qui constitue à lui seul sa famille, une mère à peine tiède, un père au phallus vainqueur, ainsi que quelques oncles et tantes sans importance. Si la sorcière scientiste venait à vaincre, sa famille pourrait devenir payante!!!!!! Et son bien aimé thérapeute pleurerait sa perte, ce qui la toucherait à peine car elle est incapable d’empathie, mais tout de même. Ediself est la voix de ses frères autistes, et elle dit NON au dressage robotique américanisé!! Elle n’a CURE de brossage de dents efficace et de travail rémunéré!! Vive la France!!

Publicités

15 réflexions sur “Ediself

  1. Bienvenue chez Coppa Ediself. En espérant qu’on parviendra un peu à alléger votre souffrance. Mais ne découragez pas, l’Armée est en marche…

  2. Bienvenue chez Coppa, oui votre mère, comme toutes les mères insoumises au Saint Phallus paternel, ne sont que des folles furieuses ne pensant qu’à se masturber avec leur phallus imaginaire, autrement dit leur enfant. Dites non à ces crocodiles hystériques qui vous empêchent d’accèder aux divines chaines des signifiants ornant le champ symbolique. En vous laissant guider par le Non du Père, vous rendrez service à votre mère, elle découvrira la béance qu’elle essayait vainement de combler par votre corps, enfin elle découvrira que son trou ne peut être satisfait que par la jouissance phallique. En se mettant enfin au service de la jouissance phallique, elle renoncera à être autre chose qu’un trou, pas-toute. Elle renoncera à être corps pour fusionner dans le champ symbolique, à n’être plus que « parlêtre » libérée de sa vie émotionnelle et affective, elle connaitra la vraie jouissance celle de n’être plus qu’un effet du discours du Maître, une béance qui n’a pour objet que de s’ouvrir à l’infini de l’Autre.
    ps : putain ksébô !

  3. n’ayez crainte Ediself, votre souffrance n’est que l’effet de discours de votre mère, c’est à dire rien en dehors d’elle. Remettez vous au discours du maitre qu’est votre psychanalyste, lui seul est supposé savoir, les autres ce n’est que du chiqué, du semblant, du leurre !
    Laissez vous aller au délicieux packing du discours qui s’enroule sur lui-même, sur vous même, laissez vous aller au charme du signifiant et quand vous aurez enfin compris qu’il s’origine de Rien, alors vous entrerez dans un doux Nirvana… De « parlêtre », vous accéderez au statut suprême de « Rien », libéré du mirage de l’Un vous jouerez en allant d’une chaine de signifiants à l’autre, vous articulant dans la pure contingence… animé par le seul désir de vous faire absorber par l’Autre.
    ps : la vache reuh ksébô !

  4. chère Natalia
    en effet je suis en train de rédiger un bouquin sur la psychanalyse en tant que croyance ! que soutient le discours psychanalytique ? pourquoi des personnes intelligentes adhèrent elles à discours tellement curieux… quant à l’engouement pour Lacan il ne cesse de m’étonner. Lacaniser est un exercice de style qui m’amuse…

  5. Ah, docteur Woody, tant de beauté dans vos mot ferait presque
    émerger en moi le désir de les murmurer et les faire rouler sur ma langue
    mais, vous êtes si grand et fort, le bonheur de se laisser bercer
    l’emporte…Que de sensualité dans nos rapports filiaux! J’en suce mon pouce, comme ma mère rêvait de sucer ma tête lorsque j’étais encore
    chauve! (elle nie violemment, mais cette violence même fait dire à Mon Maître qu’il a mis le doigt sur une vérité, et je ne crois que Mon Maître. )
    Merci à vous tous de m’accueillir dans ce cocon délicat de language flou!

  6. Chère psychotique, savez-vous que vous portez sans doute les symptômes de la dépression inconsciente que votre mère a faite lors de votre naissance?Je sens que cette révélation vous aide déjà à aller mieux, mais ne me remerciez pas, c’est naturel chez moi de faire partager mon discernement aux âmes égarées.

  7. Oh Sablotin, j’en porte même les séquelles! je suis dévelopementalement si dysharmonique que j’ai une jambe plus courte que l’autre, car ma mère a suhaité in utéro que jamais je ne puisse m’échapper!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s