Copro-fesse-scie

Numérologie de la vie quotidienne

Bienvenue à mon troisième colloque virtuelo-télépathique de psychanalyse antéro-post-freudienne.

J’aimerai attirer votre attention sur le symbolisme judaïquo-psychanalytique des chiffres en psychanalyse, voie royale à l’inconscient ouverte par notre mètre à penser, le toujours dissident Sigmund Freud dans ses échanges kabbalistiquo-psychanalytiques avec Wilhelm Fliess.

Vous n’êtes pas, disciples sans savoir, que la lobbyiste Sophie Robert aura finalement essuyé d’un hystéro-anal revers de derrière, la fessée tant méritée. Comme le suggérait déjà Jung (qu’on ne peut citer que lorsque ses propos ne blasphèment pas le Saint Père, barbu entouré de fumée) :

Tout ce qui ne parvient pas à la conscience revient sous la forme de destin

Le subconscient féroce de la documentariste ne l’aura pas exemptée de notre toute-puissance paternelle, ici imagée par une fessée, elle-même ici imagée dans le conscient collectif sous forme de procès équitable.

Sensible aux excellentes recherches scientifiques déjà établies dans ce domaine, je me baserai sur les études sérieuses qui ont été entreprises par psychanalysemagazine.com (source 1) (source 2) pour expliquer pourquoi nous psychanalystes sommes restés sereins à propos de ce verdict.

Ce procès eu lieu le 26 janvier.

26 :  le 2 représente la dualité, le conflit de la femme pécheresse contre les hommes abusé. Entre le 2 et le 6, c’est le 4, ou la matière, soit le monde des hommes qui refoule ce conflit à travers un procès, mais jusque 6, la création.

Nous savons depuis Freud que les nombres qu’on pourrait croire aléatoire sont en réalité la représentation d’un déterminisme inconscient absolu (Psychopathologie de la vie quotidienne), et si la création marque la fin de cette suite, c’est parce qu’elle est précédée par le 5 (l’étoile, le météore, les comportementalistes étendus au sol), représentant ici l’Apocalypse tant attendue par nous croyants.

Le verdict a été rendu vers 16 heures, un hasard ? Le 1 représentant l’unité (ici renouvelée dans la clinique française), le 6, l’harmonie recouvrée entre les différents courants de la psychanalyse.

Nous savons aussi que depuis la numération hébraïque, les nombres et chiffres peuvent être abordés de différentes manières. Ainsi, 16, alphanumériquement 1-6 ou S-F (voir source 1), Sophie-Fessée est lourd de sens.

CQFD (Ce Que Freud Démontra)

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s