Copro-fesse-scie

La COPPAin Cabana 2012

Chers cabaniens,

Je suis aujourd’hui en mesure après trois doubles nœuds borroméens de vous dévoiler les plans de notre cabane de la nouvelle année. Remercions au passage notre trésorier Charles Attan dont les talents en matière d’ex-torsion testiculaire ont porté leurs fruits, qui, saisis, ont fait craquer la branche d’un célèbre architecte spécialiste en confection de cabanes.

La tristesse vous envahira probablement à l’idée de quitter notre précédente et première cabane, dans laquelle nous avons laissé émerger nos premières pensées collectives quant à panser le jeune psychotique, dont le devenir ne peut qu’être (s)pécule-laid étant donné l’incertitude garantie concernant l’irruption d’un désir que l’on sait symptomatique de la profonde pertinence symbolique de nos interprétations.

Cette nouvelle cabane vous surprendra probablement par sa petite taille ainsi que par le peu de place laissé par le divan central. Nous nous disposerons en cercle autour de ce divan et attendrons que les dires du COPPAin allongé fassent sens avant qu’ils ne puissent faire acte. Il est aujourd’hui prouvé par notre équipe de chercheurs neuropsychanalystes que la promis-cuitée, qu’elle soit ou non alcoolique, favorise l’émergence d’une parole signifiante : il est donc sain de promettre la cuite, qu’on se le dise clairement entre nous et obscurément en présence du triple P (petit peuple profane).

Pour terminer, je tire mon phallus aux membres de la COPPA, à leurs interventions, leurs travaux, leurs publications qui, je n’en doute point, font chaque jour honneur à la psychanalyse telle qu’elle doit raie-au-nez de toute sa lumière divine.

Poursuivons notre lutte contre la science, enfin le scientisme, et tout ce qui s’y rat-porte : comportementalo-fascisme, bébéABA, neuroscientisme, gêne-éthique, psycho-trop-isthme, et enfin et surtout toutes les femmes qui se refusent encore à la quête du pénis, à savoir les féministes, les toxiques-causes, les seins-cesse-tueuses et les seins-cesse-tue-elles, puis enfin les maudites gazonneuses.

Recrutons, recrutez, au sein des mondes réels, imaginaires ou symboliques !

Venez grossir nos rangs, venez vous serrer dans la cabane pour que triomphe notre vérité qui nous anime au plus profond de notre inconscient glorifiant du signifiant !

Frotteurement vôtre,

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s